Francis BELLANGER

Artiste peintre professionnel.
Né à Paris en 1947.

Médaille d'honneur du Salon des Artistes Français - Art Capital 2020

« Devant l'exubérance de la nature,
il appartient à l'artiste de mettre de l'ordre
dans la confusion des apparences. » F.B

« L'artiste ne prétend pas refaire le monde, il le regarde autrement. » F.B


Prochaine exposition :

Biennale des Artistes Français 2021

Du 20 août au 12 septembre au Hangar à Paimboeuf (44560)


D'après la critique d'art Caroline Canault,

Francis Bellanger, réaliste et intemporel

Francis Bellanger travaille le corps avec le souci de l'esthétique, de la forme, de la sensualité, du charme et de la gestuelle. Avec réalisme et intemporalité, il fait de ses modèles un puissant support d'expressivité.

Fasciné par le corps féminin, au-delà des apparences, l'artiste fabrique un art de voir. Ses traits sont fins, immédiats, spontanés, allusifs, narratifs et participent à des présences singulières, attirantes et troublantes. « Les formes féminines sont élégantes, raffinées, subtiles. Elles impliquent une grande variété de sujets et d'interprétations possibles. »

Francis peint à l'huile sur toile au pastel ou à la mine de plomb, sur papier blanc ou teinté d'après modèle vivant. Les corps reproduis ont cette particularité de ne pas évoquer la notion du temps ni de l'âge. « Chaque modèle a sa personnalité. Je n'ai rien contre le corps vieillissant. J'ai peint des femmes âgées. Au cours de mes études, j'ai d'ailleurs eu la chance de dessiner un modèle d'une grâce impressionnante qui posait pour Rodin. »

Chaque corps explore une réalité ; une élégance, une fragilité, un vécu… Le peintre saisit l'attitude, le glissement, l'accident qui correspond à sa recherche. « Je ne cherche pas un modèle standard mais plutôt intemporel avec un même jeu de formes. » La gestuelle du modèle est exploitée pour en extraire le caractère, la tension avec toujours cette attention du moment, de l'instant.

Francis s'approprie le corps en l'arrachant du réel pour l'insérer dans le fictionnel, parfois dans l'univers du jeu. Certaines œuvres évoquent des scènes de Colin-Maillard où les modèles vêtus de petites tenues légères, jouent avec des bandeaux. L'artiste aime « ce qui est caché ou entrevu, ce qui apporte un peu d'humour, de légèreté, de distance et de relativité dans les choses profondes. »

Sans être à la recherche de l'étrangeté, il se détache des règles en y apposant ses propres codes, interrogeant ainsi la liberté du corps et sa captation du sensible. Le corps source de vie est parfois associé à un œuf. Il est aussi questionné sur sa destinée à travers le bandeau, très récurrent dans l'œuvre qui, lorsqu'il n'évoque pas le jeu, signifie le destin qui reste masqué.

La destinée comme la temporalité dialoguent entre les modèles à travers leur féminité, parfois entre mère et fille. Les regards se croisent, s'échangent dans des face-à-face où le temps semble suspendu, où la beauté reste éphémère et le charme éternel.

Les corps féminins de Francis Bellanger montrent mais ne disent pas tout. Ce sont des traces d'intimité énigmatiques et intemporelles, voluptueuses et sensuelles qui préservent tout leur mystère. Elles participent à l'invisible, au caché, à l'insaisissable, à l'inconnu dans une attraction vertueuse et délicate.

http://canolinecritiks.blogspot.com/2021/04/francis-bellanger-realiste-et-intemporel.html


Merci de votre visite.